Survivre face au piment en Thaïlande

Du piment en provenance de Thaïlande

Rouge ou vert, le piment est l’ennemi numéro 1 des voyageurs. Pour ceux qui ont une mauvaise digestion ne le côtoyez pas. En Thaïlande, le piment est la base de la plupart des recettes. En général les plats pimentés ne piquent pas, ils explosent. Malheureusement c’est ce qui donne de la saveur et relève le gout.

Se prémunir pour ne pas subir

Alors pour ne pas avoir le visage rouge, le nez qui coule et les yeux qui pleurent suivez ces consignes :

Mieux vaut prévoir la surprise : demandez vôtre plat « mai pet » (sans piment) ou en Isan « bo pet ». Pour être sur, dites plutôt « maï saï prik » (carrément sans piment). La cuisine thaïlandaise est pimentée, et ce ne sont pas les plats épicés que nous avons chez nous, faites bien attention !

Les extra, tels que la sauce de poisson et le vinaigre, contiennent des morceaux de piment rouge. La poudre rouge est de la poudre de piment rouge. Les graines de piment rouge sont très irritantes et souvent très dur à voir. Attention à la mauvaise surprise.

Attention aux yeux

Si vous mangez avec vos doigts ne touchez pas vos yeux ou lèvres juste après. Pareil avec une serviette qui vient d’être en contact avec du piment. Le résultat serait douloureux.

Nous savons tous que boire de l’eau n’aide pas beaucoup. Les Indiens l’ont compris bien avant nous. C’est pour cela qu’ils ajoutent du yaourt à leurs salades de piment vert. Les produits laitiers sont assez rares en Thaïlande. A part les supérettes on peine à en trouver. Donc le dernier recours serait de manger du riz qui colle. Pas très efficace mais c’est mieux que rien.

La soupe tom yam peut être préparée épicée. Du jus de piment avec un piment rouge au fond. Très dangereuse pour les intestins elle est quand même délicieuse. Peut être un nouveau défi pour les plus courageux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*