Le durian, ce fruit d’Asie du Sud-Est

Le durian, un fruit à part

Fruit phare de l’Asie du Sud-Est, le durian est une véritable star dans tous les sens du terme. Aimé pour sa forme, mais pas spécialement pour son odeur et son gout, le durian pèse en moyenne 5 kilos et fait 40cm de taille. Sa peau est couverte d’épines et il sent tellement bon qu’il est même interdit dans les agences de voyages et hôtels par peur de faire fuir la clientèle.

Un fruit bien à part

Le durian compte 30 espèces dont 9 consommables. L’arbre du Durian est assez grand avec des feuilles mesurant jusqu’à 10 cm. Le durian prend environ 3 mois à murir après la pollinisation. Le durian est natif de la Malaisie, d’Indonésie et de Brunei. Sa présence aux Philippines reste toutefois un mystère, sans doute une importation qui date de plusieurs centaines d’années. Le durian est cultivé dans des zones tropicales avec une température minimale de 22°. A Davao city aux Philippines, il y a même un festival dédié au durian, un véritable dieu.

La Thaïlande est le premier producteur (781 000 tonnes) et exportateur (111 000 tonnes) au monde. De quoi comprendre cette « durian-mania » dans le pays. Ce fruit est divisé en 5 quartiers. La première couche est pâteuse et épaisse. Croquer dans son noyau serait goûté à son odeur, un arrière gout très puissant et difficile à s’en débarrasser. Le durian est décliné en plusieurs produit (dessert, biscuits, glaces, salades, gâteaux…). Il se cuisine moins en curry comparé à son cousin le fruit du jacquier (jack fruit).

Le durian est très calorique et très difficile à digérer. Pas une bonne idée pour les sportifs. Il est difficile d’y croire mais chaque année des gens en meurent par overdose. Mélangé à de l’alcool serait une explosion gastrique. Pleins de marchands ambulants en vendent déjà découpé et parfois mélangé à de la poudre de piment. C’est le fruit à déguster lors de votre voyage en Asie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*